Auteurs : Thomas et Florence Gindre

Couverture : Chez CLM

Carte et dessins : Emmanuelle Ramberg

Maison d’édition : Marathon Éditions

Date de sortie officielle : 26 mai 2017

Nombre de pages : 208 (roman broché)

ROMAN – Ados et Young Adults

Je remercie Thomas et Florence Gindre pour ce Service Presse. 

 

 

Présentation de l’éditeur

L’Empereur Narnienn domine le monde des Hommes depuis deux cents ans. Sa soif de pouvoir est immense ; les nains et les elfes ne peuvent que craindre pour leur territoire.

Au coeur des montagnes du Nord, le jeune Espa reçoit un oeuf mystérieux. Un loup ailé en éclot : un skyraff. Ensemble, ils seront emportés malgré eux dans une succession d’aventures. Ils devront faire face aux troupes de l’Empereur et ne compter que sur eux-mêmes.

Inspiré par ses lectures (Eragon, Percy Jackson, Les Chroniques des mondes émergés…) Thomas imagine la trilogie « Le règne de l’Empereur » à son entrée au collège. En 2014, alors qu’il a douze ans, sa mère, Florence, prend la plume pour écrire l’histoire qu’il lui raconte, celle du premier tome « Le skyraff ». L’aventure du continent d’Espa devient alors une aventure familiale. 

Un univers de fantasy riche et cohérent

En suivant les aventures d’Espa, nous plongeons au coeur d’un univers mûrement réfléchi. Le continent – cadre de l’histoire – a tout d’abord été esquissé par Thomas (voir ses premiers plans) avant de devenir la magnifique carte ci-dessous. Il fait partie des cinq continents d’une planète située à des centaines d’années-lumière de la Terre. Au fil des pages, on y découvre avec plaisir les différents espaces qui le dessinent –  désert, montagnes, villages, cours d’eau et lacs – et qui forment a priori un ensemble harmonieux… Je dis – ou plutôt j’écris – « a priori » car en réalité le projet de l’Empereur Narnienn, le Mal en personne ayant pris le pouvoir dans le royaume des Hommes, consiste en la destruction des autres races de l’immense territoire. Seuls les skyrans et leurs précieux compagnons ailés – les skyraffs, pourraient en venir à bout. Or, Narnienn les a éradiqués de façon quasi définitive. Heureusement, cinq oeufs de skyraffs subsistent, protégés par les Dieux eux-mêmes, sur la montagne Sacrée… Mais comment les transmettre aux futurs skyrans ?

Personnages humains, créatures mythiques, créatures du Petit Peuple vivent sur le continent. On y retrouve les Hommes, bien sûr, mais aussi les elfes, les nains et les loups-garous… De quoi ravir bon nombre de lecteurs ! Les Pavras, sbires de l’Empereur à la poursuite du héros, sont terrifiants et très bien décrits. Également dotés d’une monture effroyable, pourquoi certains humains les nomment-ils alors « Les Bienveillantes » ? Narnienn aurait-il réussi aussi à diviser les Hommes ? Pour mieux régner… ?

Ce qui est très plaisant dans ce texte, c’est que nous retrouvons certains codes, thèmes et situations narratives caractéristiques de la fantasy, sans toutefois tomber dans la stéréotypie trop souvent présente dans la littérature, en particulier la littérature pour la jeunesse. Ainsi, le mythe de l’orphelin, la confrontation du Bien et du Mal, la résistance qui s’organise entre les peuples, les combats… sont traités avec une belle inventivité que j’ai beaucoup appréciée.

Thomas et Florence Gindre ont également pris soin de proposer à leurs lecteurs, à la fin du roman, une liste des personnages et des peuples, des villes et des lieux, ce qui permet aux plus jeunes de se repérer facilement. Le monde créé par les auteurs possède une véritable épaisseur, la dimension épique du récit est palpable, la magie transparaît nettement. Un seul petit bémol… j’aurais aimé davantage de descriptions !       

Une quête initiatique

Tout commence à Lara, petit village paisible situé au nord de l’Empire. Élevé par ses parents adoptifs, entouré de son frère, de ses soeurs et de ses amis, Espa est apprenti chasseur et semble vivre son adolescence tranquillement. Jusqu’au jour où il devient un skyran – il a été choisi par son skyraff, c’est ainsi que les choses se passent – et acquiert un statut d’Élu. 

Un garçon d’une quinzaine d’années finit par apparaître. Il marchait d’un pas léger, un arc dans son dos. Il s’arrêta, étonné, en découvrant le blessé. S’apercevant de son état, il s’approcha de lui pour lui porter secours et s’accroupit à ses côtés. D’un geste de la main, il releva ses cheveux blonds et le fixa de ses yeux bleu marine.

L’elfe était heureux, mais désolé pour lui. Heureux d’avoir trouvé le futur skyran. Le skyraff l’avait élu et ne tarderait pas à éclore. Toutefois, il souhaitait ardemment que cette éclosion n’attire pas les créatures de l’Empereur vers ce jeune garçon innocent. Il en doutait et était attristé de l’exposer au danger. Il fit un ultime effort pour montrer l’œuf :

– C’est pour toi, prends-en soin.

– Pour moi, cet œuf ? Pourquoi ? C’est un œuf de quoi ?

Dans un ultime effort, le blessé tenta de lui répondre. Hélas, son dernier souffle sortit de ses lèvres à peine ouverte et déjà bistre.

Le jeune garçon resta perplexe et ennuyé. Il aurait aimé avoir eu le temps de soigner cet homme et également de comprendre pourquoi il lui avait remis ce gros œuf violet.

Suite à la tragédie qui frappe Lara, le héros fuit. Accompagné de la conteuse du village – Nymphia – et de Xénos, son skyraff, il commence un long voyage à travers le royaume…

L’occasion pour lui d’en apprendre davantage sur l’Empereur et sur la Grande Histoire du continent. Comprenant peu à peu qu’il est directement visé par Narnienn, il fait désormais partie de ceux qui le combattront sans relâche. De quels pouvoirs les skyrans et les skyraffs sont-ils dotés pour que l’Empereur ne puisse à ce point supporter leur présence sur ses terres ?

L’occasion aussi d’un parcours intérieur dont le voyage en tant que trajet physique constitue la métaphore. Le mystère de sa naissance progressivement dévoilée va lui donner des ailes, à l’image de son skyraff. Garçon étonnant, doté d’une intelligence singulière, très attachant en tant que héros, Espa va affronter bien des épreuves. En effet, sa rencontre avec les autres peuples n’est pas de tout repos ! Le duo – Epsa et Xénos (son skyraff) – fonctionne parfaitement bien. Les deux héros – deux facettes d’une même entité ? – échangent et grandissent ensemble, se nourrissent l’un l’autre. Humour et complicité se mêlent joliment.

J’ai beaucoup apprécié le regard tendre porté par les auteurs sur l’adolescence, période charnière de la vie – souvent compliquée. Les nombreux rebondissements et la belle plume de Florence Gindre en font un roman d’une qualité indéniable.

Concernant l’âge potentiel des lecteurs, la question reste ouverte. Il est vrai que le roman se prête particulièrement bien à une lecture adolescente. Pour autant, l’adulte peut y trouver son compte. Je suis adulte, non ?… La fantasy et le monde de l’enfance, rappelons-le, entretiennent des liens étroits de par l’histoire du genre et les images mentales que celui-ci génère. Pour celui qui aime les mondes merveilleux et le souffle magique qui les traversent, le récit de Thomas et Florence Gindre donne une forme à l’Enfance retrouvée. Pour ma part, j’ai complètement oublié, au cours de ma lecture, le paramètre de l’âge des destinataires. J’ai plongé avec plaisir dans le monde imaginé par Thomas, avec l’envie d’avancer dans l’intrigue, de connaître la fin de l’histoire… enfin… du premier tome !

Pour en savoir un peu plus sur la genèse du projet…

Florence et Thomas Gindre
A partir de quand cette histoire a-t-elle commencé à germer dans vos têtes ? Quel âge avait Thomas à ce moment-là ?

L’idée a commencé à germer dans la tête de Thomas en 2013 alors qu’il terminait son CM2. Au départ, il s’agissait d’un jeu avec son petit frère Clément, suite à leurs lectures (ils sont tous deux de grands lecteurs). Pour son entrée en 6ème, nous avons déménagé à Marseille et je lui ai promis que j’écrirais l’histoire qu’il avait en tête.

Combien de temps cela a-t-il pris entre l’idée de départ et l’écriture proprement dite ?

Dès le début, Thomas m’a dit qu’il songeait à une triple trilogie ! Il a une imagination débordante, mais chaque chose en son temps, nous avons commencé par le premier tome de la première trilogie « Le règne de l’Empereur ». Nous avons commencé l’écriture en mars 2014 et avons mis neuf mois pour écrire le premier jet. Est venu ensuite le travail de relectures et de corrections, qui nous a pris environ six mois.

Comment écrit-on un roman à quatre mains ? Est-ce Thomas qui a façonné l’univers et toi qui l’as mis en mots ? Autrement dit, quelle est la part de l’un et de l’autre dans le projet ?

Il y a de multiples façons d’écrire à quatre mains. Pour notre trilogie, nous fonctionnons de la même façon à chaque fois. Thomas a toute l’histoire en tête, qu’il découpe en chapitre et il me raconte un chapitre par semaine. Je le mets en mots. Parfois, j’interviens lorsque je ne suis pas d’accord avec ce qu’il raconte, ou si je trouve qu’il y a une incohérence. Je lui fais quelques suggestions. Une fois le chapitre écrit, il le relit et me donne ses commentaires.

Il peut nous arriver de ne pas être d’accord sur certains points. Dans ce cas, nous les soumettons à Clément, mon fils cadet, qui donne son avis et tranche.

*** Un grand merci, Florence, d’avoir répondu à mes questions ! ***

Le Règne de l’Empereur – Le skyraff est une belle réussite ! Je suis impatiente de découvrir Le camp des Ios, deuxième tome de la trilogie. La sortie ne devrait d’ailleurs pas tarder…

Pour découvrir Marathon Éditions, toute nouvelle maison d’édition spécialisée dans la littérature ados et young adults, et ne rien manquer de son actualité, rendez-vous par ici :

Service Presse : Le règne de l’Empereur – Tome 1 – Le skyraff de Thomas et Florence Gindre

2 pensées sur “Service Presse : Le règne de l’Empereur – Tome 1 – Le skyraff de Thomas et Florence Gindre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *