Auteure : Laetitia Arnould

Maison d’édition : Gloriana Éditions

Collection : IMPERIA

Parution : mai 2017

Nombre de pages : 236

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur

Gemma est l’héritière du trône d’Aroue. Elle est intelligente et dotée d’une beauté rare, insolente.
Elle devrait être promise à des lendemains radieux. Oui, elle le devrait…
Mais derrière son sourire d’apparat, la princesse cache un terrible secret. Une malédiction qui écrit pour elle un avenir sombre et s’éveille à chaque solstice.

Au royaume d’Aroue, la colère monte. Profitant du soulèvement d’un peuple avide de liberté, un mouvement anti-aristocrates se met en marche et contraint la princesse Gemma à quitter le château de Montanges. Esseulée, abandonnée des siens, elle prend pleinement conscience de l’avenir qui l’attend et qui l’écœure. Non, elle ne peut pas accepter de passer le restant de sa vie dans un endroit sordide, avec pour seule compagnie celle d’un homme au physique et aux mœurs abominables. Comme les insurgés, Gemma rêve de liberté.
Guidée par ce rêve, enivrée par une nuit de révoltes, elle va fuir et prendre en main son destin.
La voilà prête à changer d’apparence, à se mêler au peuple, pour pouvoir espérer des jours meilleurs. La voilà prête à suivre cet étranger aux yeux couleur de pierre, qui l’agace autant qu’il l’attire…

Après avoir lu Ronces Blanches et Roses Rouges, Aeternam Opéra et Les Contes féériques d’une Lutine de Grenier, j’ai été une nouvelle fois transportée par la charmante plume et l’univers de Laetitia Arnould. J’ai dévoré ce livre, souhaitant qu’il ne s’arrête pas… trop tôt !

Révoltes…

J’ai beaucoup aimé les différents plans de l’histoire, tels qu’on peut les observer dans une peinture. La révolte paysanne contre la noblesse et le pouvoir en place dans le royaume, et la révolte intérieure de Gemma, promise depuis l’âge de douze ans à un homme répugnant – le vicomte d’Arbrenoir. Quel affreux nom, n’est-ce pas ?      

Éloignée de sa famille, contrainte de vivre dans un Grenier – une cachette de fortune – le temps que les colères se dissipent, Gemma perd ses repères affectifs et identitaires. Mais elle n’y tient plus et décide de quitter ce lieu sordide, malgré les recommandations, malgré son éducation. Le sentiment d’abandon, celui d’être impuissante dans le contexte politique et social difficile, lui permettent de franchir ce cap, ils deviennent la condition de son émancipation. En aurait-il été de même si elle était restée au château de Montanges avec ses parents ? Aurait-elle ouvert les yeux et observer le monde de la même façon ? Chacun s’y reconnaîtra, d’une manière ou d’une autre… La quête de liberté de l’héroïne, les obstacles qu’elle rencontre, resserrent ses liens avec le monde dans lequel elle évolue avant de gouverner éventuellement, un jour…

SOLSTICES possède un charme fou car, malgré les conséquences tragiques des révoltes, des bouleversements économiques et sociaux, il s’inscrit dans le réenchantement du monde dont nous prive parfois le monde contemporain… La Grande Histoire se double de l’histoire de Gemma, obligée de trouver une nouvelle façon d’être au monde et aux autres… L’auteure procède par effets de zoom et réussit à nous faire entrer pleinement dans une intrigue singulière et palpitante qui aurait pu avoir lieu à différentes époques.

Secrets et histoires d’amour

À chaque solstice, la princesse, aussi belle soit-elle, souffre d’un mal étrange qui la ronge physiquement et psychologiquement, au point qu’elle se sent devenir monstre. Point de lycanthropie dans cette histoire ! Il y a bien une histoire de loup, mais il s’agit plutôt de celui que l’on porte dans un bal masqué. J’adore les bals masqués dans la littérature… Malheureusement, je ne peux pas vous en dire plus, au risque de dévoiler le lourd secret qui pèse sur les épaules de la princesse…

Tout au long de son aventure, Gemma rencontre d’incroyables personnages, en découvre certains – qu’elle pensait réellement connaître – sous un autre jour. D’une beauté renversante, les hommes – évidemment – la courtisent, même lorsqu’elle tente de se fondre dans la masse… Seulement, savent-ils qui elle est réellement ? N’est-elle pas supposée se cacher ? Laurent et Edmond – un cordonnier et un marquis, si différents l’un de l’autre, sont absolument délicieux. Vous savez, ce genre de personnages de fiction dont on peut tomber amoureux…

Si son comportement la dérangeait fortement, si ses manières la hérissaient plus que tout et si elle désirait le frapper, autant que tout avouer ou l’embrasser, elle ne devait rien en faire. La malédiction du solstice, plus que tout le reste, dansait dans son esprit, accélérait les battements de son coeur et se rappelait à elle par des élancements douloureux. Elle devait continuer à la taire.

La scène avec Jeanne, également, est aussi surprenante qu’émouvante. Jeanne a tout compris, en dépit son jeune âge, en dépit de son statut éloigné de celui de la princesse. Sa fraîcheur, sa spontanéité font écho au désir de Gemma d’être en prise directe avec une forme de réalité qu’elle n’a sans doute jamais connue…

Et puis, il y toujours ces lieux imaginaires, exquis ou effroyables, si joliment décrits par l’auteure et qui nous font voyager dans le temps et dans l’espace… Ah, le Domaine de Villarval… je m’y vois très bien… en robe somptueuse, flânant dans le jardin aux mille senteurs…

Aparté… en réponse à Audry

Vous connaissez sans doute mon attachement aux petits détails, et certains ici m’ont laissée perplexe : au tout début, pourquoi aucun garde n’accompagne la princesse dans le Grenier ? Comment Rosalie a-t-elle appris à se battre ? Pourquoi Espérance s’inquiète du fait que le Marquis puisse ne pas aimer sa fille si elle comptait la marier de force au Vicomte ? … Ma compatriote blogueuse Le Calepin d’une Lectrice dirait certainement que ce sont ces détails qui font la magie de l’histoire et qu’il ne faut pas les expliquer, et je crois qu’elle a raison :).

Audry, Le Carnet Enchanté

SOLSTICES est un roman court et dense, très agréable à lire, que je vous conseille d’emporter dans votre valise (ou dans votre liseuse). Le solstice d’été date déjà de quelques jours mais je vous assure que la magie prendra, peu importe la date de votre lecture…

 


 

SOLSTICES de Laetitia Arnould

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *