Auteure : Eymard Toledo

Traduit du brésilien par :

Paula Anacaona

Maison d’éditionÉditions Anacaona

Parution : 26 octobre 2017

Nombre de pages : 40

Album Jeunesse, 6/8 ans

Présentation de l’album par la maison d’édition

Le petit Edinho veut être couturier, comme son oncle ! Il habite dans une petite ville du Brésil, au bord du fleuve San Francisco.

Son tonton lui apprend tous les secrets du métier – et lui raconte aussi plein d’histoires sur la vie d’autrefois… Autrefois, avant que la grande usine s’installe au bord du fleuve, et pollue la région…

Tonton Couture coud les uniformes des ouvriers. Mais un jour, l’usine décide de produire les uniformes dans un pays lointain. Ça coûte moins cher…

Tonton Couture et Edinho trouveront une jolie solution pour continuer à travailler !

Prix « Climate Book » en Allemagne pour son message écologiste. Prix « Hautement recommandable » de la Fondation Biblioteca Nacional au Brésil.

Des éditions Anacaona (que j’ai découvert il y a quelques mois), j’ai lu Vaste monde, un très joli recueil de nouvelles de Maria Valéria Rezende, et Banzo, mémoires de la Favela, un écrit-racine percutant – entre mémoire et fiction – de Conceição Evaristo.

Ravie de ces lectures, j’étais donc curieuse de savoir ce que cette petite maison d’édition spécialisée dans la littérature brésilienne proposait aux jeunes lecteurs.

Tonton Couture, Une histoire au bord du fleuve São Francisco a fait fondre mon coeur de maman, d’enseignante et de citoyenne du monde. Avec une grande douceur, une plume poétique et juste, des illustrations éclectiques, Eymard Toledo nous conte l’histoire d’un jeune garçon qui suit les pas de son oncle. Le métier de couturier nourrit ses rêves et ses espoirs, emplit sa vie.         

Quand j’étais petit, je passais tous les après-midis chez Tonton Couture. Avec lui, j’ai beaucoup appris : comment couper du tissu, coudre un bouton, faire un ourlet, faufiler. Mais Tonton était le seul à pouvoir utiliser la machine à coudre, parce que c’était son plus grand trésor.

Un album propice à l’imaginaire et à la réflexion

Dans Tonton Couture, le jeune lecteur ne reconnaîtra sans doute pas des situations familières – c’est en tout cas très peu probable. Edinho se lève avant six heures du matin, se rend chez Tonton Couture, passe la matinée à l’école, puis revient l’après-midi chez son oncle jusqu’à ce que sa mère vienne le chercher alors qu’il fait déjà nuit. Son père pêche sur le fleuve São Francisco…

L’histoire imaginée par Eymard Toledo éveille à une autre réalité, nourrit un Imaginaire de l’Ailleurs et de l’Autre, dont les effets agissent merveilleusement bien : changements dans l’image de soi et déconstruction des stéréotypes.

La transmission, la dimension intergénérationnelle revêt une grande importance. Si la couture est un élément central de l’album, Tonton Couture est aussi un Tonton Conteur et un membre de la famille qui perd son emploi du jour au lendemain.

Il y a encore quelques semaines, un livreur a apporté des dizaines et des dizaines de cartons qui venaient d’un pays lointain. Les cartons étaient plein à ras-bord d’uniformes gris, pour les hommes, pour les femmes, il y en avait de toutes les tailles. Maintenant, tout le monde à l’usine porte ces nouveaux uniformes. Ils se déchirent facilement, mais on ne les donne pas à réparer. On les jette, et on en reçoit un nouveau.

La réalité du jeune lecteur rejoint celle d’Edinho. La production de masse, le jetable, la pollution, il connaît… Le monde n’est pas parfait, les enfants le savent très tôt. De quelle manière le savent-ils ? Ça, c’est une autre paire de manches… Pour autant, ils détiennent un grand pouvoir – celui de changer les choses – qu’il est bon de leur rappeler, à travers une histoire mettant en scène des personnages attachants, des amoureux de la vie, des rêveurs inconditionnels. La littérature pour la jeunesse – Tonton Couture en est un merveilleux exemple – sert à cela, aussi… 

Les éditions Anacaona offrent toujours à ses lecteurs des articles de grande qualité autour de chaque publication. Articles qui permettent de mieux saisir le contexte culturel, la réalité économique et sociale du Brésil, de tisser des liens entre les différentes publications. J’adore m’y perdre, y revenir… J’ai l’impression d’en apprendre chaque fois davantage sur une réalité paradoxalement éloignée et proche de la nôtre.

Tonton Couture est un album engagé (mais non moralisateur !) qui touche par l’universalité de son propos. L’histoire aurait pu en effet se dérouler ailleurs, avec d’autres personnages. La globalisation, l’uniformisation et leurs dérives ne concernent-elles pas chacun de nous ? Dans le même temps et c’est un joli tour de force, l’album émerveille et fait naître des étoiles dans les yeux…

Des illustrations-patchworks

Eymard Toledo (source : éditeur)

Le travail d’Eymard Toledo est absolument remarquable. Grâce au découpage-collage, elle crée des illustrations de toute beauté. À l’image de la couture, les assemblages de papiers découpés ou déchirés et les petites photographies forment un tout harmonieux. Les superpositions de couches volontairement visibles – le monde vu comme palimpseste – en font un album sensoriel à part entière. S’il n’est pas véritablement tactile (au sens éditorial du terme), on a quand même envie de toucher, d’effleurer du bout des doigts, délicatement, la machine à coudre, les tissus, le parquet du salon de Tonton Couture, les paniers à linge des lavandières, l’eau du fleuve… Les yeux n’en ont jamais fini de vagabonder sur ces pages illustrées, qui fourmillent de détails aussi jolis que surprenants. Ici, une petite photographie d’une télévision en noir et blanc, un torchon suspendu à un fil à linge, un petit flacon de crème de soin… Là, des silhouettes de chats, des morceaux de papier journal… Et l’on comprend pourquoi Eymard Toledo passe 6 à 8 heures à la réalisation d’une seule illustration !

Une pépite à partager en famille, à découvrir en classe !

{{J’en parle aussi dans Le Petit Bonheur hebdomadaire #1}}

Je ne résiste pas à l’envie de vous montrer ici ma toute dernière commande (professionnelle et personnelle) aux éditions Anacaona. J’ai d’ailleurs eu droit à une très belle suprise, Paula – l’éditrice – m’a offert Les livres de Sayuri de Lucia Hiratsuka, dont j’avais adoré les illustrations dans Banzo

Mille mercis Paula !

Tonton Couture, Une histoire au bord du fleuve São Francisco d’Eymard Toledo

2 pensées sur “Tonton Couture, Une histoire au bord du fleuve São Francisco d’Eymard Toledo

  • 26 octobre 2017 à 20 h 57 min
    Permalien

    Superbe chronique !
    Ce livre devrait plaire à mes filles…tout comme à moi 😉

    Répondre
    • 27 octobre 2017 à 9 h 52 min
      Permalien

      Merci Samia !
      Oui, cet album fait voyager les petits autant que les grands. Si tu as l’occasion de le lire avec tes filles, n’hésite pas ! Mes enfants (9 et 13 ans) l’ont adoré. Il peut être aussi un joli cadeau pour Noël.
      Bonnes vacances …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *